GR® 34, le Sentier des Douaniers

A pied Itinéraire A pied
- Départ : Camoël ou St-Nazaire
- Arrivée : Camoël ou St-Nazaire
loading
- Départ/Arrivée
- Point d'intérêt
Circuit n° 1

Comment fait-on un GR® 34 ??

Zoom sur la naissance d'un GR® préféré...
 
La taxe sur les marchandises, mise en place en 1667, sous le règne de Louis XIV, encouragea nombre de vocations de contrebandiers. Afin de lutter contre ces fraudes, un sentier de contrôle côtier voit le jour en Bretagne en 1791. Suivant le relief escarpé et les côtes déchiquetées du littoral, il est ponctué de maisons de douaniers, tours de guet et corps de garde. On l’appelle le « Sentier des Douaniers ».

En 1968, quelques passionnés du Comité National des Sentiers de Grande Randonnée (aujourd’hui « Fédération Française de Randonnée Pédestre ») s’activent à faire renaître cet itinéraire historique en y installant les premières, et aujourd’hui fameuses, balises blanc rouge des GR®, reliant ainsi Beg-Léguer à Pors Mabo (Côtes d’Armor). 

Aujourd'hui, le GR® 34 longe, sur quelques 2000 kilomètres l’ensemble des côtes bretonnes, du Mont-Saint-Michel (Manche) à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).
 

#GR®PleinSud !!! :-P

En Bretagne Plein Sud, du barrage d’Arzal - Camoël au dernier pont à enjamber la Loire, le parcours réserve aux randonneurs, 145 kilomètres ponctués de surprises et d’émerveillements

Découpée par l’océan et ses estuaires, la Bretagne Plein Sud est, en effet, une terre de côtes. Au pluriel, oui, parce que la diversité des horizons qu’elle offre, tout en regardant vers le large, la rend multiple et changeante. 
Partez donc pour un tour de côte et rencontrez ceux qui l’animent et la vivent.

Entre tradition et élégance, entre authenticité brute et sophistication de style, les différents visages de cette côte pittoresque, charmante et colorée, se dévoileront à vous, au fil du très fameux « sentier des douaniers ».
 

Pour en prendre plein les mirettes...

Pour une heure, une journée ou plusieurs jours, partez à pied sur les traces des douaniers pour un moment de découvertes et de plaisirs.

Reconnaissable à ses balises rouge et blanc, le GR®34 ou « Sentier des Douaniers » est le chemin côtier qui longe le littoral.
De Camoël à Saint Nazaire, des panoramas exceptionnels vous attendent, pointes rocheuses et côtes sauvages, plages et petites criques.
Un grand bol d’air iodé en perspective ! Plus d'informations sur monGR.fr.


ATTENTION : Ce parcours est exclusivement piétonnier : les vélos y sont interdits, notamment pour des questions de sécurité et de conservation du littoral.
Pour une expérience côtière à vélo en Bretagne Plein Sud, nous vous recommandons plutôt la Vélocéan !


Vous avez testé ce parcours ? Vous souhaitez rapporter une difficulté, un problème, ou simplement donner votre avis ? CLIQUEZ ICI !


  • Informations Pratiques :
    • Longueur :Longueur : 145 km
    • Durée moyenne :Durée moyenne : 36 h
    • Circuit balisé en blanc et rouge
    • Parking : Barrage d'Arzal et Port de Méan (St-Nazaire)
barrage-d-arzal-vue-aerienne-arnaud-drean-1090143

Point 1 - Le barrage d'Arzal - Camoël

500 mètres de long, doté d’une digue, d’une écluse et de cinq portes, le barrage d’Arzal-Camoël, est un ouvrage impressionnant, embrassant l’estuaire de la Vilaine, entre fleuve et océan. Mis en service en 1971, il est issu d’un projet, alors déjà vieux de 40 ans, visant à réduire les inondations hivernales de la vallée de Redon, et à alimenter en eau potable une partie de la presqu’île de Guérande. Constituant l’un des rares exemples mondiaux de barrages estuariens, et l’une des plus grandes réalisations européennes du type, le barrage d’Arzal-Camoël, marque de sa silhouette particulière, le paysage naturel dans lequel il est implanté. Doté d’une passe à poissons, il constitue également un lieu privilégié pour l’observation des migrations piscicoles.
plage-de-la-mine-d-or-a-penestin-g-voivenel-1090144

Point 2 - La Mine d'Or

Baignée des lumières de la fin de journée, la falaise de la Mine d’Or révèle au randonneur toute l’incandescence de ses tons orangés. Constituée de roches sédimentaires formées il y a un million d’années, elle se distingue en effet par le caractère spectaculaire de ses tonalités. Résultant d’oxydes de fer entourant les grains de sable dont la roche est formée, ces ocres font néanmoins écho à un autre métal, dont le nom fait mention : l’or. Si le caractère aurifère de la falaise n’a rien à voir avec sa couleur, il est en revanche attesté et fut exploité entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. L’évocatrice appellation fut conservée. Elle ajoute à l’intérêt du site qui, en plus d’une curiosité historique, est également un site géologique d’intérêt majeur, la Mine d’Or constituant l’un des rares exemples européens de paléo vallée, investie par l’Homme il y a 300 000 ans.
cap-atlantique-asserac-ostreiculture-1090145

Point 3 - Sur la route des coquillages...

Forte d’un environnement naturel privilégié, la Bretagne Plein Sud trône parmi les principaux pôles français de la conchyliculture. Elle se démarque par l’intégration harmonieuse de ces activités au cadre naturel qu’elles occupent. Ces sites vivent et évoluent au rythme des saisons, et le travail des hommes leur apporte, sans les amoindrir, pittoresque et authenticité. Le site de Pénestin est propice au captage naturel des naissains de moules. La Vilaine, qui apporte eau oxygénée et sédiments, enrichit ce milieu, dès lors particulièrement adapté à leur croissance. La qualité de sa mytiliculture, a fait de Pénestin la « capitale » de la moule de bouchot en Bretagne-Sud, labellisée « Site Remarquable du Goût » pour son produit emblématique, lié à un patrimoine naturel et culturel exceptionnel. Le traict de Pen-Bé accueille 280 ha de zones conchylicoles, dont plus de 80% sont consacrés à l’ostréiculture. Les naissains, pour partie captés au large, sont ensuite ensemencés sur les parcs. La production jouit d’une excellente réputation. Tandis que le « Petit Traict » du Croisic accueille l’élevage des huîtres et palourdes, le « Grand Traict », lui, est consacré à l’élevage des coques. Péchées à la drague dans l’estuaire de la Vilaine, la coque (dite ici "Rigadeau") « pousse » dans le traict, dont elle profite des sédiments. Avec 2000 tonnes annuelles, Le Croisic est le premier site français de production en la matière. Des sites naturels à couper le souffle où s’épanouissent des productions raffinées : les traicts du Croisic et de Pen Bé, ainsi que les rivages de Pénestin, brillent d’intérêt, tant pour le gastronome que pour l’observateur à la recherche de paysages préservés.
t-locard-paludier-1090146

Point 4 - ...Et sur celle du sel !

Lorsque les brumes matinales se dissipent, apparaît, depuis le coteau, une mosaïque de jade et vieux rose, ponctuée de perles blanches qui scintillent sous les rayons du soleil joueur. Ce sentier nous mène à l’orée des marais salants de Guérande, les plus septentrionaux d’Europe, où continuent de s’exercer, sur près de 2000 hectares, des techniques héritées de la profondeur des âges… Les marais salants couvrent deux zones, légèrement différentes et complémentaires sur le plan naturel et paysager : le bassin de Guérande, au Sud de la cité, et celui du Mès, au Nord. Autrefois landes et prés salés, ces sites se sont transformés avec la mise en place des salines (IXe s.), en quelque chose de nouveau et de particulièrement riche sur le plan biologique. Accueillant une faune et une flore diverses et rares, les marais salants sont le creuset d’une biodiversité qui se laisse aisément appréhender par le randonneur attentif. Comme les paysans au cœur des champs, les paludiers ont bâti leurs maisons au bord des salines. Les villages paludiers sont des pépites de rusticité historique, bâties depuis le XVe siècle aux premières loges de sites naturels d’exception. A Batz-sur-Mer, Kervalet est un petit bijou de l’architecture paludière. Blotties serrées autour de leur chapelle, ses maisons, témoins d’une longue histoire, font l’admiration du randonneur dépaysé, en quête des aspects les plus typiques de l’univers paludier.
t-locard-port-de-piriac-1090147

Point 5 - Les ports

A Piriac, au Pouliguen, à Mesquer et plus encore à La Turballe et au Croisic, l’Homme et la mer entretiennent une relation de longue date. Entamée au XVe siècle autour du commerce du sel, l’histoire portuaire de la Bretagne Plein Sud se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Des Terre-neuvas du XVIIIe siècle, à l’industrie et la pêche sardinière du XIXe siècle, en passant par les corsaires du XVIIe siècle, jusqu’aux pêcheurs et plaisanciers d’aujourd’hui, la mer a fait la réussite des hommes, qui en ont tantôt bâti des empires, tantôt de simples masures. Les maisons de maîtres de barque, de capitaines de navires marchands et corsaires, celles des armateurs, les jetées, les criées, les quais et les bateaux, content en nos cités côtières, une histoire commune : celle de la navigation. Explorer les ports de la Bretagne Plein Sud aujourd’hui, c’est expérimenter une culture de la mer, nourrie par une histoire locale aux consonances résolument bretonnes. C’est aussi pénétrer des lieux authentiques où l’uniformisation du monde moderne n’a pas eu de prise, rejetée par l’attachement profond à cette identité particulière, héritée des générations antérieures.
t-locard-cote-sauvage-1090148

Point 6 - La côte sauvage

La presqu’île du Croisic est la fine bande de terre qui délimite les marais salants de Guérande. Au Sud, elle alterne côtes rocheuses escarpées, petites plages et criques de sable fin. Fouettée par la houle et les vents, cette côte, dite « sauvage », est un creuset de nature préservée. Sur seulement 14 km de long, elle rassemble une incroyable variété de milieux naturels à forte valeur patrimoniale. Si au paléolithique, la Côte Sauvage dominait une plaine (le rivage étant à 40 km), la montée des eaux en a fait un site stratégique maritime de première importance. Corps de garde, forts, batteries, rappellent ces époques où l’ennemi venait de la mer. Le danger évanoui, l’océan est devenu un décor pittoresque pour la villégiature d’une élite fortunée. Conservatoire naturel et architectural, la Côte Sauvage transporte le randonneur ébahi, hors du temps, à la rencontre de paysages forts et authentiques.
pedroloustau-labaule-1090149

Point 7 - La baie de La Baule

Entre deux pointes, celles de Penchâteau et du Bec, s’étend un immense croissant de sable ouvrant vers le Sud. Au loin, de hauts fonds forment des îlots. Les Evens, les Troves, Baguenaud, Pierre-Percée et le Grand-Charpentier, invitent à l’évasion, à l’aventure… Ces ininterrompus 9 km de sable fin portent un nom… ou plutôt deux : « Baie de La Baule » ou « Baie du Pouliguen ». Ce n’est encore pas exact, à moins de rajouter « Baie de Pornichet » pour la troisième commune qui la borde, à l’Est. De la plage des Libraires à celle du « Nau », ces trois stations balnéaires à l’architecture exubérante, sont affublées du surnom de "Drôles de dames"... Ce sont aussi de « vieilles » dames puisqu’il y aura eu près de 150 ans de tourisme avant qu’elles n’entrent, avec leur baie, dans le club très sélect’ des Plus Belles Baies du Monde…
pecheries-de-sautron-g-toutblanc-1090150

Point 8 - Plages et falaises face au large

De la Pointe du Bec à la plage de St Marc, la côte joue avec les pas du randonneur et le ressac de l’océan. Elle égrène, telles de jolies perles, plages de sable fin, falaises abruptes, criques sauvages et pointes escarpées. Congrigoux, de la Lande, Chémoulin, sont autant d’invitations à prendre le large, tandis que se dévoile, à l’approche, l’estuaire de la Loire. Un théâtre inédit s’ouvre alors entre les pins et les pêcheries, celui des cargos et porte-conteneurs, qui exécutent quotidiennement un savant ballet, dans l’attente d’un accès au Port de tous les Voyages. Entre le Chenal des Charpentiers et la baie de La Baule, le sémaphore, fier gardien de cette frontière entre estuaire et océan, veille à l’harmonie de cette danse, dont les spectateurs permanents, les villas, sises sur leurs rochers, partageront la vue avec leurs les randonneurs qui s’y seront aventurés.
le-pont-de-saint-nazaire-1090151

Point 9 - Saint-Nazaire

Connue surtout pour ses industries navales et aéronautiques, qui donnèrent naissance à certains des plus grands navires de légende, tels que le « Normandie », le « France », le « Queen Mary 2 » et, plus récemment, le « Harmony of the seas », Saint-Nazaire est aujourd’hui une ville à multiples facettes qui jouit de sa situation privilégiée, en avant-scène de l’océan, à l’embouchure de la majestueuse Loire.  Véritable terrasse, elle offre une vue panoramique sur la plage, sur la douce courbe de sa rade, et, en face, aérien, à la fois léger et puissant, le pont et ses haubans. Avec ses quelques 3356 mètres, le pont de Saint-Nazaire est le plus long pont de France. Le sommet de ses deux pylônes culminent à 130 mètres au-dessus des plus basses mers. Ils déploient leurs 72 haubans rouge et blanc au-delà de l’estuaire et relient les hommes des deux rives du fleuve-roi, pour la 166ème et dernière fois. Le pont de Saint-Nazaire marque, enfin, le bout du chemin, l’ultime étape des 1800 km du plus ancien des GR®, et probablement l’un des plus emblématiques.
  • Distances :
    • Distance gare Méan - Gare SNCF St-Nazaire : 3.1 km / Barrage d'Arzal : Gare SNCF Pontchâteau : 26 km
    • Distance arrêt de bus Camoël : 2.3 km - LILA - 8 - Arrêt Mairie / Méan : Sur place : Bus Hélyce
  • balise-gr-34-penestin-c-lamoureux-1166742
  • GR® 34 - Pointe de Merquel - Teddy LOCQUARD
  • GR® 34 - Criques sentier cotier Saint-Nazaire - Julien SANSON
  • GR® 34 - La Turballe - Teddy LOCQUARD
  • GR® 34 - Pen Bron vue Batz-sur-Mer - Juliette MARTIN
  • GR® 34 - Batz-sur-Mer - Richard LALLEMAND
  • GR® 34 - Le Pouliguen - Richard LALLEMAND
  • GR® 34 - Le Croisic - Richard LALLEMAND
  • GR® 34 - Le Croisic - Richard LALLEMAND
  • GR® 34 - Le Pouliguen - Richard LALLEMAND
  • GR® 34 - Mesquer - Richard LALLEMAND
  • GR® 34 - Saillé- Richard LALLEMAND
balise-gr-34-penestin-c-lamoureux-1166742GR® 34 - Pointe de Merquel - Teddy LOCQUARDGR® 34 - Criques sentier cotier Saint-Nazaire - Julien SANSONGR® 34 - La Turballe - Teddy LOCQUARDGR® 34 - Pen Bron vue Batz-sur-Mer - Juliette MARTINGR® 34 - Batz-sur-Mer - Richard LALLEMANDGR® 34 - Le Pouliguen - Richard LALLEMANDGR® 34 - Le Croisic - Richard LALLEMANDGR® 34 - Le Croisic - Richard LALLEMANDGR® 34 - Le Pouliguen - Richard LALLEMANDGR® 34 - Mesquer - Richard LALLEMANDGR® 34 - Saillé- Richard LALLEMAND