L' estuaire de la Vilaine

Découvrez la "Petite Cité de Caractère de Bretagne" de La Roche-Bernard et la station balnéaire de Pénestin, trésors de la Bretagne Plein Sud. Faites une halte dans les charmantes communes de Camöel et Férel.
 

La Roche-Bernard, petite cité de caractère

La-Roche-Bernard-port-tasb-20-1702

La Roche-Bernard, labellisée Petite Cité de Caractère®, a su préserver son charme, son authenticité et un patrimoine d’une grande qualité. Découvrir la Roche-Bernard, c’est arpenter ses ruelles et se laisser surprendre par un monument, un panorama, un détail insolite ou par le travail d’un artisan d’art…
 
A faire absolument

  • Se balader le long du port et admirer tous les vieux gréements
  • Faire une croisière sur La Vilaine au départ du port
  • Monter sur le site du rocher pour avoir un magnifique panorama sur La Vilaine
  • Faire le circuit des ponts
  • Visiter les ateliers des artisans d’Art
  • Visiter le musée de La Vilaine maritime
  • Faire une visite avec le petit train touristique
  • Boire un verre au Sarah B

 

Un peu d’histoire

Vers  l’an  1000,  le  seigneur  Bernhart  (Fort  comme  un  ours)  remonte  la  Vilaine.  Il remarque un promontoire rocheux et décide de s’y installer en raison de sa position stratégique. Il fait fortifier la place  afin d’asseoir son pouvoir. Ses successeurs prêteront allégeance au Duc de Bretagne qui, en échange, leur fera don de terres et leur accordera le titre de Baron de La Roche-Bernard.
Pendant  la  guerre  de  succession  de  Bretagne  (1341-1365),  qui  oppose  d’un  côté, Jean de Montfort, et de l’autre, Jeanne de Penthièvre, épouse de Charles de Blois, les barons de  La  Roche-Bernard  prennent  le  parti  du  Roi  de  France.  Leur  château  est entièrement détruit par les partisans de Jean de Montfort. Ils quittent la ville et se réfugient à Missillac au château de la Bretesche.
Jusqu’à la Réforme, la religion catholique ne connaissait nulle rivale dans la Baronnie. En  1547, François d’Andelot  - Coligny  devient  baron de  La  Roche-Bernard par  son mariage à Claude de Rieux. En introduisant le culte protestant en 1558, il en fait l’un des  premiers  centres  établis  de  Bretagne.  A  son  instar,  nobles  et  bourgeois  se convertissent.  Un siècle  plus  tard,  le  Baron  Armand  du  Cambout  interdit  le  culte protestant.
En  1666,  La  Roche-Bernard  est  érigée  en  communauté  de  ville  par  Louis  XIV, privilège fort recherché à l’époque.
La  Révolution  connaît  son  point  culminant  à  La  Roche-Bernard  en  1793.  6000 chouans  envahissent  la  cité et assassinent  deux chefs républicains,  Le Floch du Cosquer et Joseph  Sauveur.  En  l’honneur  de  ce  dernier,  la  ville  sera  baptisée  La Roche - Sauveur de 1793 à 1802.
Le 19ème siècle sera marqué par les grands travaux : percement du rocher, réalisation du quai Saint-Antoine puis du quai de la Douane…

Le port

La Roche-Bernard va prendre son essor et prospérer grâce au passage sur la Vilaine. La  présence  d’activités  portuaires  est  attestée  dès  le XIème  siècle.  Elles vont se développer  au  fil  du  temps.  C’est  à  la  fin  du  XIXème  siècle  que  le  trafic  est  le  plus intense. Des navires de toute la côte Atlantique viennent à La Roche-Bernard. On y rencontre  des  caboteurs  tels  que  des  brick-goélettes  ou  des  chasse-marée,  mais aussi  des  chalands  navigant  sur  la  Vilaine.  Sel,  vin,  céréales, chaux  et  poteaux  de mines transitent par les quais. Au XVIIème siècle, La Roche-Bernard abrite un important chantier naval duquel sortira La Couronne, premier vaisseau de ligne à trois ponts de la Royale (construction de 1629 à 1634). Durement concurrencé par le développement du trafic ferroviaire et routier, le port de commerce va voir son activité décliner, puis s’éteindre au début du XXème siècle. C’est aujourd’hui un port de plaisance tranquille qui accueille plus de 500 bateaux toute l’année.

Le port de plaisance 

Balade en aviron sur la Vilaine

Labellisé "Escale d'une rive à l'autre", niché sur les rives de Vilaine, le port de plaisance est l'endroit idéal pour une balade, ou le point de départ de nombreuses activités comme la croisière ou le canoé-kayak. Découvrez aussi les vieux Gréements de la Flotille Traditionnelle, qui y reposent pour le plaisir des yeux !


Un peu de géographie : la Vilaine prend sa source à Juvigné en Mayenne et se jette dans l’océan Atlantique après avoir parcouru quelques 225 km.
Pas si vilaine ! Ne vous fiez pas aux apparences, le fleuve devrait son nom au celte doenna signifiant « rivière profonde », francisé plus tard en Visnaine, Vilaigne puis Vilaine.
Le saviez-vous ? Jusqu’en 1970, date de construction du barrage-écluse d’Arzal, le Pays de La Roche- Bernard vivait au rythme des marées. Les règles de navigation maritime s’appliquent toujours aujourd’hui jusqu’à Redon.


Pour une meilleure navigation en Vilaine, consultez le site www.lavilaine.com. Vous y trouverez de nombreuses ​informations pratiques comme les horaires des éclusages du barrage d’Arzal, des avis aux navigateurs, une application de navigation en direct dans l’estuaire de la Vilaine, des cartes des fonds de la Vilaine et des waypoints pour naviguer en estuaire...


Les meilleures manières de découvrir le port et la Vilaine :

Les Vedettes Jaunes proposent une découverte de la  Vilaine  maritime  jusqu’au  port  de  Redon  au départ  d’Arzal  ou  de  La  Roche-Bernard.  On  se laisse bercer au gré du fleuve, découvrant les rives verdoyantes et les paysages vallonnés du pays de Vilaine. Il est également possible de naviguer sur le bateau restaurant  Anne  de  Bretagne,  quatre  heures  de
croisière au départ du barrage d’Arzal pour Foleux (42  km  aller-retour),  petit  port  de  plaisance  à  la campagne, côté Nivillac.

En canoé - kayak ou en catamaran, l'école de Voile et le prestataire Au gré du Vent vous accompagnent dans votre initiation ou perfectionnement !

 

Cité d'artisans d'art

Depuis plusieurs années, la cité de La Roche-Bernard, a entrepris, une action en faveur de l'installation d'artisans d'art et d'artistes. Elle s'est appuyée dans cette démarche sur son renom, en tant que Petite Cité de Caractère de Bretagne, et membre de l'Association Accueil Métiers d'Art – Bretagne. La commune a ainsi restauré un certain nombre de bâtiments à caractère patrimonial dont elle était propriétaire. Cela lui a permis de répondre en partie aux nombreuses demandes formulées, en les proposant à la location à des professionnels en quête d’ateliers. Parallèlement  et  toujours  grâce  aux  aides  accordées,  certains  artisans  se  sont portés  acquéreurs  de  maisons  anciennes  dans  les  vieux  quartiers,  afin  d’y installer leur atelier, et les ont restaurées de manière admirable.
Si  l’intérêt  de  ce  programme  architectural  était  avant  tout  la  restauration  du patrimoine  et  l’amélioration  du  cadre  de  vie,  il  a  également  impulsé  une dynamique   plus   profonde   d’accueil   des   métiers   d’art.   La   valorisation   du patrimoine architectural est donc double et trouve tout son sens. Réciproquement, les métiers d’art sont présentés dans un écrin unique, prolongeant ainsi le rêve qu’ils suscitent dans l’imaginaire de tout un chacun.
Peinture, céramique, vitrail, poterie, tourneur d’art sur bois…un savoir-faire à découvrir au fil des ateliers, ou chaque artiste vous entrainera dans un univers souvent fascinant.

Vidéo de présentation de la cité de La Roche-Bernard sur https://www.youtube.com/embed/NuUsr4NNcqs


Pénestin se revêt d'or

Plage de la mine d'or à Penestin

Station balnéaire au sud de la Bretagne, Pénestin vous promet bien des surprises :


Si vous aimez simplement vous adonner à la baignade, au nautisme, ou profiter d’une balade iodée, orientez-vous vers la façade atlantique : La plage de la mine d’Or, dominée par sa falaise (site géologique classé), est la plus grande et la plus fréquentée pour la baignade (poste de secours en été). Son orientation (plein ouest) et sa hauteur, qui peut atteindre 15 mètres, font aussi le régal de nombreux parapentistes !

Plus au Nord, c’est le lieu de prédilection pour le farniente, la pêche à pied, le kayak ou l’observation. Les dunes et marais abritent en effet liserons, giroflées, lavande de mer ou chardons des dunes ; les roseaux et lagunes accueillent quant à eux, selon les saisons, foulques, aigrettes garzettes, oies bernaches et bien d’autres espèces…


 

Les moules de bouchot de Pénestin

Sur une grande partie du littoral, on peut apercevoir à marée basse de surprenants alignements de pieux, régulièrement espacés : ce sont des bouchots à moules, implantés à partir de la fin du XIXè siècle et qui produisent des coquillages renommés pour leur qualité. C'est la richesse des eaux pures et bien oxygénées de l'estuaire de la Vilaine qui fait précisément la qualité des moules de Pénestin. La mytiliculture est le plus important secteur économique primaire de Pénestin. La zone de production s'étend de la Pointe du Halguen à Pénestin jusqu'à la baie de Pont-Mahé à Assérac. Délicieusement iodées, les moules possèdent des qualités nutritionnelles incontournables. Dégustez-les à la marinière, crues, cuites ou farcies !

Tréhiguier est le petit port de pêche de Pénestin, c’est un lieu très vivant surtout quand, à marée montante, les mytiliculteurs sont de retour avec leurs plates. Pour le découvrir ou le redécouvrir, l’Office de Tourisme propose toute l’année des visites guidées. L’ancien phare, réhabilité en musée, ouvre ses portes à l'une des richesses du patrimoine Pénestinois : "la maison de la Mytiliculture". Venez découvrir la vie des moules de bouchots et l'histoire du métier de mytiliculteur, le "paysan de la mer".
 

Férel, entre mer et campagne

Férel sur les bord de la Vilaine

Charmant bourg situé à 10 km des plages de Pénestin, la commune de Férel fleure bon la campagne, et l'air de la Vilaine... une véritable promesse de dépaysement ! Au détour des chemins, découvrez le patrimoine qui donne un cachet si particulier à cette commune baignée par la Vilaine.


Outre l'église et son vitrail du XIIIème siècle, et les nombreux calvaires et fours, on trouvait et on trouve encore sur le territoire de la commune de riches demeures :
  • Le château de Coët Castel : la seigneurie a appartenu autrefois successivement aux familles Jean Le Henos (1453), François Le Courtois (1681) et Coude (1775). Actuellement propriété privée du Comte Yvan de l’Estourbillon
  • L’ancien château de l’Isle, mentionné par OGEE en 1779, dont les ruines se voyaient encore sur le bord de la Vilaine en 1863.
  • Le manoir de Trégus : siège de l’ancienne seigneurie de Trégus (ou Trégu ou Trégut), ayant appartenu à Guillaume de Trégus en 1453.
 

Fours, Croix, Fontaines...

Ces fontaines dont la Fontaine Saint-Pierre (rue de la Fontaine) desservent, à l’époque, toute la partie ouest du bourg, jusqu’à l’installation du service d’eau. Parfois lors des étés secs, l’eau est rationnée. Le lavoir appelé Doué, à côté de la fontaine, est utilisé par les lavandières, mais lorsque la source est tarie, elles doivent alors se déplacer au Guerny, à près d’un kilomètre de là. Découvrez toutes ces belles pierres lors de vos balades, à pied, à vélo, à cheval...

Camoël, entre mer et campagne


Camoël, commune rurale située en bordure de Vilaine, entre les plages de Pénestin et la cité de caractère de La Roche-Bernard, offre, de par son port et sa campagne, de nombreux attraits touristiques. Sa population forte d'environ 850 habitants se partage entre agriculture dyna­mique et artisanat en développement.

Son bourg incontournable de par sa situation géographique offre à tout promeneur, vacancier, un choix de commerces de proximité tels que alimentation, restauration, hébergement, station-service. 

Lors de votre séjour, vous apprécierez le charme des longues promenades et randonnées au travers de nos forêts. Vous emprunterez nos grands chemins balisés, trait d'union entre Brière et Vilaine. Camoël se décline également au travers de ses villages pittoresques et historiques. Vieille Roche et ses maisons de caractère, le Passage, haut lieu d'acheminement du sel de Guérande autrefois ; Kerguen et Kerbili et leurs manoirs, les vieux moulins, le presbytère aujourd'hui réhabilité en gîte d'accueil et datant de la fin du 18ème siècle, Corolais et sa tour, la chapelle ND de la Salette...

Tournée vers l'océan, Camoël de par sa situation en Vilaine, offre un port à l'abri des vents dominants de Sud-Ouest. D'octobre à mai, une flottille de civeliers anime le bassin chaque nuit de leurs feux bicolores, portant jusqu'en Espagne voire en Asie, le nom de Camoël. En effet, c'est ici que la civel­le (jeune anguille venant de la Mer des Sargasses) est pêchée pour le plaisir des palais et pour l'alevinage. A la belle saison, les nombreux plaisanciers trouvent dans les mouillages du port calme et sécurité.

 

  • Plage à Penestin
  • Port de la Roche-Bernard
  • Moules sur les bouchots à Penestin
  • Balade le long du port à La Roche-Bernard
  • La Roche-Bernard - petite cité de caratère
  • roche-bernard-port-tasb-llt-1693