La côte sauvage

Nous vous invitons à découvrir toutes les communes de la Côte sauvage, véritable joyau du littoral : criques, pointes, falaises, grottes... Découvrez La pointe de Penchâteau au Pouliguen, les plages et falaises de Batz-sur-Mer, la côte du Croisic,le port de pêche de La Turballe, Piriac-sur-Mer ou Mesquer... enivrez-vous d'embruns !



Le Pouliguen

Promenade - Le Pouliguen


Entre La Baule et la côte sauvage, découvrez la ville du Pouliguen, son port, son incontournable promenade et sa plage.
 

Le port, un charme authentique

Le Port du Pouliguen et de La Baule, est occupé en majorité par les plaisanciers. On peut aussi y admirer quelques pittoresques bateaux de pêche qui vont et viennent au rythme des marées. De vieux gréements viennent y passer d’agréables escales et la Chaloupe Sardinière (reconstitution d’une chaloupe d’époque) y est amarrée. D'ailleurs, dès le Printemps, La chaloupe et son capitaine vous attendent  pour une balade d’1h30, une occasion de découvrir le littoral sous un autre angle ! Envie de vivre cette expérience, cliquez ici



La promenade, un appel à la flânerie

Dans le prolongement du Quai Jules Sandeau, à l’ombre des platanes, la Promenade est un lieu de balade et de détente incontournable. On y observe  les va-et-vient des bateaux dans le port, orchestrés par le chant des goëlands. Puis, à l’extrémité de la jetée, d’un coup d’œil, on contemple le spectacle grandiose de la baie du Pouliguen.
Après la plage, en fin de journée, des enfants s'amusent autour des manèges, d'autres font voguer leur bateau dans le bassin. Et pourquoi pas se laisser tenter par une gourmandise ? Glaciers et confiseurs sont là pour vous régaler !  

Le Pouliguen, c'est aussi...

Les plaisirs de la plage : Pendant les vacances d’été, les enfants retrouvent leurs clubs de plage, se font de nouveaux copains à l’occasion d’un tournoi de volley. Les plus grands se laissent aller à la douceur de vivre entre baignade et farniente, balade sereine sur le sable fin, ou rafraîchissement à la terrasse d’un café.
Le Pouliguen, c’est aussi ses vieilles rues étroites bordées de maisons basses d’un autre siècle, ou encore la convivialité de son bois dans lequel on partage des moments festifs.
Au détour d’une rue, découvrez la place des Halles ou encore le quartier de l’église.
De la Pointe de Penchâteau à la Baie du Scall, la Grande Côte vous invite à la rencontre d’un espace naturel et protégé, où vous découvrirez ses baies, ses grottes et ses criques sauvages.


Batz-sur-Mer, entre mer et marais salants

Batz sur Mer, Plage Valentin

Entre l'océan Atlantique et les marais salants, Batz-sur-Mer est une station balnéaire où plages et patrimoine forment une belle harmonie. Maisons de granit, habitat paludier, clocher de l'église Saint-Guénolé, Chapelle de Mûrier, sans compter le Musée des Marais Salants sont autant de lieux qui vous invitent à la découverte...

Patrimoine architectural et villages paludiers

Le  bourg  s’articule  autour  de  la  place  du Garnal  (ancien  nom  de  "cimetière")  où domine  l’église. Peu de maisons basses, la plupart ont un étage, sinon deux. Les toits d’ardoise s’ornent  souvent  de  lucarnes. Vous pourrez également découvrir au fil de vos promenades les nombreuses venelles (petites rues très étroites) typiques de la commune.
L’architecture des demeures des villages présente quelques variantes. Les villages paludiers donnent une impression de cohésion et de solidarité : les maisons sont serrées les unes contre  les autres, formant un bloc. Les toits sont imbriqués et même enchevêtrés.

Les villages de Batz-sur-Mer :

  • Kervalet : village paludier typique, aux maisons en pierres très caractéristiques, Kervalet abrite en ses murs une magnifique chapelle de style gothique flamboyant dédiée à l'évangéliste Saint Marc.
  •  Roffiat : petites venelles étroites et maisons serrées composent l'architecture de ce charmant petit village le plus éloigné du bourg. Admirez sa curieuse croix en bois ornée de 13 coeurs rappelant les 12 apôtres et le Christ ainsi qu'une statuette de Notre Dame du Bonheur qui recevait autrefois la visite des jeunes fiancés.
  • Trégaté : découvrez son fournil, sa fontaine, son calvaire en granit ou encore ses superbes lucarnes du XVIIIème siècle.
  •  Kermoisan : empruntez la rue du Vieux Moulin où le village s'agrandit de coquettes maisons avant de découvrir un paysage verdoyant et sauvage quadrillé de murs en pierres sèches, et dominé par la Tour, gardienne du Pays et repère des marins.


Le Croisic, cité de caractère !

le Croisic - petite cité de caractère

À l'extrémité de la prequ'île portant son nom, Le Croisic est la première station balnéaire créée sur le littoral, grâce à l'arrivée du chemin de fer. Bien connue pour son port de pêche, cette "Petite Cité de Caractère" est une étape incontournable dans votre découverte du territoire...

Le Croisic, cité portuaire du XVIIème siècle est aujourd’hui le premier port de pêche pour la crevette rose appelée ici « le bouquet du Croisic ». La géographie du port a été façonnée par le commerce du sel. En effet, les bateaux chargés de lest laissaient sur place leurs cargaisons de pierres avant d’embarquer le précieux « or blanc ». Ainsi naquirent le « Mont Lénigo » et le « Mont Esprit » et les « chambres » du port. La cité du Croisic est bordée par le traict, porte d’entrée des chalutiers et autres caseyeurs…

Le long du littoral, parcourez l’ancien sentier des douaniers et respirez la côte sauvage. Arrêtez-vous au parc de Penn Avel, jardin balnéaire qui vous invite à un dépaysement d’exception. La ville s'enorgueillit aujourd'hui du label "Petite Cité de Caractère". Pour ne rien manquer de la cité, de ses monuments et de son histoire, suivez une visite guidée sous la conduite d'un historien, qui vous livrera les mille et un secrets du port.
 

Le Croisic, cité d'armateurs !

Ne manquez pas le long des quais de Port Ciguet et Lénigo, les nombreuses maisons d'armateurs à perrons et sur caves (n° 5, 14, 15, 1, 3). Sur le quai de la Petite Chambre, face à la petite jonchère, s'alignent de belles demeures avec portes ouvragées, façades en pierre et lucarnes. Place de l'ancienne mairie, l'Hôtel d'Aiguillon se dresse de toute sa hauteur. Construit fin XVIIème, coiffé à l'impériale, il s'ouvre devant un grand portail d'entrée et à l'intèrieur, se trouve un bel escalier à balustres. Il abritait il y a encore peu de temps, la mairie du Croisic. Dans les rues du Pilori ou Saint-Christophe, découvrez cette fois les maginifiques maisons à pans de bois, du XVIème siècle, dont certaines sont classées au titre des Monuments Historiques. Au détour de votre balade, ouvrez l'oeil, levez la tête... des petits trésors d'architecture se trouvent sous votre regard !

Coques, crevettes roses et autres coquillages...

Le territoire de la Presqu’île de Guérande dispose d’une offre importante en conchyliculture, caractérisée par sa diversité et l’originalité de la production croisicaise de coques.
Les Traicts du Croisic forment une baie semi-fermée par la presqu’île du Croisic et le cordon sableux de Pen Bron. Le Croisic est le premier centre d’élevage de la coque en France.
Le Grand Traict consacré à l’élevage des coques se distingue du Petit Traict, lieu de polyculture. Les conchyliculteurs y élèvent également huîtres et palourdes.
Le savez vous ? Ici, la coque est plus localement connue sous le nom de "rigadeau". A la nantaise, ou à la provençale, la meilleure façon de la connaître est encore de la déguster !

Le "Bouquet du Croisic"

C'est le joli nom qui est donné ici à la crevette rose. La commune est très liée à son port, dont la spécialité est la crevette rose, le "bouquet du Croisic" qui en fait le premier port français pour cette pêche. La commune possède encore aujourd’hui sa propre criée.

 

La Turballe, Terre de Pêcheurs...

Le port de La Turballe

La pêche est une activité phare de la Presqu’île de Guérande… La Turballe et Le Croisic comptent parmi ses meilleurs ambassadeurs.
Ce sont près de 48 chalutiers pélagiques qui sont aujourd’hui en activité au Port de La Turballe, qui est ainsi le 11ème port de pêche français en valeur et 8ème en tonnage.

La Turballe est spécialisée dans la capture de l’anchois avec des prises atteignant plus de 2 000 tonnes (par saison). Le bar de chalut, le thon et le merlu font aussi partie des espèces pêchées.
Pour les lève-tôt, le spectacle des chalutiers revenant de pêche au petit matin et la vente à la criée sont incontournables. Au cœur du centre marée du port de La Turballe, vivez un moment unique au cours duquel vous pourrez découvrir au plus près les espèces capturées et le système de vente au cadran.

Pour en savoir plus sur l'activité de la pêche, 2 sites à découvrir sur la Turballe :
Le Sardinier Au Gré des Vents (port de la Turballe) et le musée La Maison de la Pêche (Terrasse du Centre de Marée).

Pour ceux qui veulent aller plus loin, des initiations à la pêche sont proposées par les pêcheurs heureux de vous embarquer et de vous faire partager leurs passions !

Anchois et sardines de La Turballe

Le Port de La Turballe est le premier port de pêche de Loire-Atlantique en tonnage et en valeur. Anciennement premier port français de la façade Atlantique pour l’anchois, il est plus spécialement centré aujourd’hui sur des espèces comme le bar, le maquereau ou la seiche. En 2009, les marins-pêcheurs ont débarqué au Port de La Turballe environ 4 300 tonnes pour une valeur dépassant les 14.5 M€.
La pêche au chalut se pratique toute l'année, la sardine et l'anchois étant récoltés du printemps à l'automne. En dehors de ces périodes ce sont le bar, le merlu, le merluchon, la dorade, la seiche et parfois le thon qui sont récoltés.
Pour les lèves tôts, l'arrivée des bateaux chargés de poissons au petit matin, et la vente à la criée sont des moments forts, qui méritent bien, même en vacances de mettre son réveil !
Envie de vivre cette expérience, cliquez ici.



Piriac-sur-Mer, station de charme...

Piriac-sur-Mer, petite cité de caractère

Labellisée "Petite Cité de Caractère de Loire-Atlantique", Piriac-sur-Mer, se découvre au détour de ses ruelles pavées, ses maisons de granit aux allures bretonnes, ou d'une promenade sur le charmant port de plaisance : la ruelle des mouettes, la maison de Chateaubriand, le corps de garde, la plage Saint-Michel.


Du commerce du sel, de la pêche à la morue ou des conserveries de sardine, la cité piriacaise a gardé des maisons de granit âgées de plus de 300 ans. Au XIXème siècle, fréquentée par les écrivains tels Daudet ou Zola, elle est source d’inspiration pour les amoureux des bains de mer qui profitent de l’arrivée du chemin de fer jusqu’au Croisic.
Balade le long du port coloré de voiles, dans les petites ruelles pavées fleuries d’hortensias ou sur la plage Saint-Michel…une invitation à la flânerie.
Au VIème siècle, un chef breton nommé waroch débarque sur les côtes et baptise l’endroit Pen Kiriak « La pointe mauvaise ». En effet, la pointe du castelli, pointe la plus avancée du département de Loire-Atlantique est très dangereuse pour la navigation.
C’est d’ailleurs sur ce site que s’est installé le sémaphore de Piriac-sur-Mer. Aujourd’hui encore, Piriac-sur-Mer est très marqué par ses origines bretonnes tant par l’architecture du village que par les noms donnés aux rues et aux maisons.

Le saviez-vous ? La seule île de Loire-Atlantique se situe à Piriac-sur-Mer, c’est l’île Dumet !

Piriac-sur-Mer, station balnéaire de caractère, a su préserver et valoriser les témoins de son passé riche et tumultueux.
Dotée d’un patrimoine architectural homogène et de qualité, Piriac a été labellisée « Petite Cité de Caractère » en Mai 2002.
En effet, le centre du village abrite des maisons âgées pour certaines d’entre elles de plus de 300 ans qui ont su résister aux troubles et au temps.
Bordée par 11 km de côtes harmonieusement façonnées par l’océan, où alternent avec fantaisie rochers aux formes parfois spectaculaires et plages de sable fin, parcouru par un sentier littoral surplombant grottes et criques, Piriac vous dévoile toute la splendeur et la diversité de ses paysages.

Nous vous conseillons une des visites proposées par l'Office de Tourisme, afin de de rien manquer de cette jolie cité.

 

Mesquer, entre sel et mer !

Mesquer - La pointe de Merquel

Idéalement située au coeur des marais du Mès, second bassin salicole des marais salants et ouvrant sur l'océan Atlantique à travers ses pointes et plages, Mesquer-Quimiac est une station où il fait bon vivre !

Un après midi baignade ou détente sur la plage de Lanséria, Sorlock ou un inoubliable point de vue depuis la Pointe de Merquel, une randonnée à pied longeant les marais salants, une pause gourmande sur le port de Kercabellec...vous avez l'embarras du choix !

Le port de Kercabellec :

Port d’échouage, Kercabellec a connu un essor important grâce à la production du sel. L’activité salicole s’est développée au fil des siècles pour atteindre son apogée au XIXe siècle. Utilisé principalement pour la conservation des poissons et des viandes, le sel est embarqué à Kercabellec et exporté sur toute la façade atlantique. A cette époque, 150 à 200 navires transitent par le port. Le commerce mesquérais se développe et toute une société de cap-horniers et de douaniers se constitue.
On dénombre jusqu’à 40 douaniers sur la commune. Le petit bureau du port, qui autrefois était le bureau des douanes, témoigne de l’intensité de l’activité salicole et commerciale.

L'ostréiculture :

C’est vers 1880, pour faire face au tarissement des bancs naturels, que la culture de l’huître s’est vraiment développée. Le port de Kercabellec, déserté suite au déclin du transport maritime du sel a alors retrouvé une nouvelle vie : des ostréiculteurs charentais sont venus vers 1900 exploiter la baie de Kercabellec. Baie propice aussi bien à la culture à plat qu’à la culture sur table. Elle dispose de nombreux bassins d’affinage. De nos jours, 6 exploitations mesquéraises existent, cultivant essentiellement de l’huître creuse. Du naissain à l’assiette, de 18 mois à 3 ans sont nécessaires (dans un  premier temps en mer pour la période de grossissement puis en claires d’affinage) pour leur donner ce goût si particulier et réputé des ‘‘huîtres de Mesquer’’.

À voir sur la côte : 

  • Assérac - Pen Bé : vue sur les parcs à huîtres et moules sur bouchots
  • Batz-sur-Mer - La Dilane : vue sur la côte sauvage
  • La Turballe : Pointe de Pen Bron- vue sur Le Croisic et le Traict
  • Le Croisic : Pointe du Croisic-.vue sur la côte sauvage et la jetée du Tréhic-vue sur Pen Bron et le port
  • Mesquer : Pointe de Merquel-vue sur le traict de Pen Bé - Mesquer
  • Pénestin : Pointe du Bile - vue sur la côte et Pointe du Halguen - vue sur l’estuaire de la Vilaine
  • Piriac-sur-Mer : Pointe du Castelli - vue sur l’île Dumet et la côte
  • Le Pouliguen : Pointe de Penchâteau - vue sur la baie de La Baule - ses 23 grottes dont la célèbre grotte des Korrigans
  • Pornichet : Pointe de Congrigoux-.table d’orientation. Pointe de la Lande - vue sur la côte
  • Océan Atlantique - balade sur la Côte sauvage
  • Plage de la Govelle à Batz-sur-Mer
  • Océan Atlantique agité sur la côte sauvage
  • La Côte sauvage du Pouliguen à Mesquer