Les célèbres marais salants de Guérande

Mosaïque de couleurs, le marais salant est un paysage grandiose, façonné par la main de l'Homme depuis des siècles. Labellisés "Site remarquable du Goût", les 2 000 hectares de marais salants sont alimentés par les traicts du Croisic et de Mesquer. Protégés pour leur patrimoine écologique, les marais se découvrent, notamment avec 3 structures que sont Terre de Sel, la Maison des Paludiers, à Guérande et le Musée des Marais Salants de Batz-sur-Mer. De même, des paludiers indépendants ou associations vous proposent de nombreuses prestations.

Marais de Sel

Paysage unique et envoûtant, les marais salants sont une mosaïque de formes et de couleurs … Gris clair le matin, blanc lumineux au zénith, violet au coucher du soleil. C’est une surprise, de saison en saison. C’est un espace de 2 000 hectares de marais, cultivés et non cultivés, répartis en deux zones :

  • Les marais salants de Guérande, autour du Traict du Croisic, de 1 650 hectares, sur les communes de Batz-sur-Mer, Guérande et La Turballe.
  • Les marais salants du Mès, au-delà du coteau guérandais, couvrent 350 hectares sur les communes de Mesquer-Quimiac, Saint-Molf et Assérac. Cette zone est alimentée en eau par le Traict de Mesquer.
 De plus, cette zone humide dispose de nombreuses protections réglementaires ou reconnaissances internationales pour sa valeur écologique. Avec un guide naturaliste ou seul, muni de vos jumelles, vous pourrez observer et écouter l’avocette élégante, l’échasse blanche, le chevalier gambette, le héron cendré, l’aigrette garzette et autres limicoles.
  • Les marais salants de Guérande - Mosaïque de couleurs - Alexandre Lamoureux

Et vous, une saline, ça vous parle ?

La saline est une unité de production, lieu de travail du paludier. Grâce à une technique et un savoir faire pointu, le paludier gère, par de judicieux réglages, les niveaux d’eau dans les différents bassins afin de pouvoir récolter le fameux sel de Guérande. La technique actuelle d'exploitation est antérieure au IXe siècle
A chaque grande marée, le paludier ouvre une trappe et remplit d’eau de mer sa vasière, premier bassin d'évaporation du circuit qui sert de réserve entre deux marées. Comme son nom l’indique il s’agit aussi d’un bassin de décantation, où les particules en suspension, brassées par la mer, vont se déposer. Grâce à une légère et constante dénivellation, cette eau passe ensuite dans les bassins d’évaporation, le cobier, les fards et les adernes qui servent de réserve journalière pour alimenter les derniers bassins où s’effectue la récolte du sel : les œillets.
Avec une concentration en sel de l'ordre de 25 g/l, l’océan Atlantique pénètre dans le traict puis va remonter par un système de canaux, les étiers, jusqu’au plus profond du bassin à plusieurs kilomètres de l’océan. Une fois dans la vasière, le long parcours de l’eau à travers les bassins successifs va entraîner son réchauffement et son évaporation sous l’action du soleil et du vent. Dans l’œillet, l’eau atteint une concentration suffisante pour que le sel cristallise (280 g/l). 

  • Les marais salants de Guérande au soleil couchant - Alexandre Lamoureux

Le commerce du sel

Nous savons, grâce aux premiers témoignages écrits, que la technique actuelle d’exploitation des marais salants sur la Presqu’île, est antérieure au IXème siècle.  Vers l’an 1500, les marais salants atteignaient 80% de la surface actuelle. Les dernières salines sur le bassin de Guérande ont été construites vers 1 800 et quelques décennies plus tard sur le bassin du Mes. Mais un abandon progressif commence dès le milieu du 19ème siècle, face à la concurrence du sel de mine de différents pays et du sel de mer de Méditerranée, et en raison également de la baisse de la consommation du sel alimentaire comme produit de conservation des aliments.
Aujourd'hui, la production salicole s’effectue sur les marais salants de Guérande, du Mès et - plus au sud - Noirmoutier et l'Ile de Ré. La production du sel de l’Ouest est faible aujourd’hui, comparée à celle des salins de la Méditerranée. Cependant les producteurs des salines atlantiques s'appliquent avant tout à fournir un sel de haute qualité culinaire. 

  • Paludier dans les marais salants de Guérande - Teddy Locquard

Les marais salants vus d'un drone

Une vidéo réalisée par le Voyage des Koumoul pour soutenir les actions de Bretagne Vivante sur la conservation de la nature. 
"Orange, Bleu, Vert, Turquoise, Marron, Beige, Rouge, etc.
Au fil des mois, les couleurs des marais changent...
Peintre, Guérande dévoile une palette de couleurs qui n'existe nulle part ailleurs.
Tel le cycle de production du sel, ce film est réalisé sur nos 4 saisons. 
Guérande est un merveilleux site pour exprimer les changements de saisons de notre Terre."
Je réserve :

  • Les marais salants de Guérande - Mosaïque de couleurs - Alexandre Lamoureux
  • Les marais salants de Guérande au soleil couchant - Alexandre Lamoureux
  • Paludier dans les marais salants de Guérande - Teddy Locquard
Les marais salants de Guérande - Mosaïque de couleurs - Alexandre LamoureuxLes marais salants de Guérande au soleil couchant - Alexandre LamoureuxPaludier dans les marais salants de Guérande - Teddy Locquard