Muriel, mytilicultrice à Pénestin

La mytiliculture, vous connaissez ? Il s’agit de la culture et de l’élevage des moules.

Entre Vannes et La Baule,  Pénestin est la « capitale » de la moule de bouchot en Bretagne Sud.
Labellisée Site remarquable du goût, une trentaine d’entreprises y produit une moule à la chair jaune orangée qui se distingue par sa taille, son fort taux en chair et par sa saveur particulièrement appréciée des connaisseurs. 

Zoom sur un métier atypique et passionnant  avec Muriel, mytilicultrice chez Breizh Coquillages à Pénestin.

Bonjour Muriel, pouvez-vous nous présenter votre métier ?

On a souvent l’habitude de dire que nous sommes des paysans de la mer. Comme un agriculteur, nous cultivons un produit, en l’occurrence des moules. Pour cela, il y a tout un travail préparatoire en amont, un « champ » que l’on cultive, que l’on surveille, que l’on met en état pour ensuite obtenir une bonne récolte.
  • Muriel, mytilicultrice à Pénestin - moules de bouchot - Alexandre Lamoureux

Qu’aimez-vous dans votre activité ?

Tout d’abord, le fait de vivre en plein air, le milieu marin change tous les jours. Et puis, comme nous avons un point de vente, j’ai la chance d’avoir de nombreux contacts avec la clientèle. C’est très enrichissant. On échange beaucoup. J’adore faire découvrir nos produits. Des clients reviennent tous les ans avec leurs enfants puis leurs petits-enfants. On a même lié d’amitié avec certains. En plus, ici, on peut directement voir le travail se faire. Cela plait beaucoup !
  • Muriel, mytilicultrice à Pénestin - boutique - CAP Atlantique

Comment êtes-vous venue à faire ce métier ?

Mon mari travaillait dans le bâtiment. En 1990, il a changé de cap et s’est lancé dans l’aventure de la mytiliculture. En 1994, je l’ai rejoint. On a beaucoup travaillé, on a connu des moments difficiles. On a tenu bon. Aujourd’hui, notre plus grand bonheur, c’est d’avoir deux de nos enfants à travailler avec nous dans l’entreprise familiale.
Mes enfants commencent leur journée de bon pied bon œil vers 3 ou 4 heures du matin. Ils laissent les soucis de côté puis partent pêcher les moules. Ensuite, une fois la marchandise déposée ici, certains sont à l’emballage, d’autres au tri puis à l’étalage. J’aime préparer un bel étal, les clients sont en quelque sorte mes invités. On finit la journée vers 19h. Ça fait des grosses journées mais on aime ça et en plus on est en famille. On ferme juste le dimanche après-midi pour souffler un peu.
J’espère vraiment que notre activité va perdurer. Je serai très triste que ma petite fille ne connaisse ce métier que sur des photos. Peu à peu, j’ai l’impression qu’on perd la valeur des choses, les traditions. On a, aussi, de grandes difficultés à trouver du personnel pour la saison. Et puis, les changements climatiques rendent notre travail plus fragile, plus difficile.
  • Muriel, mytilicultrice à Pénestin - vente directe - CAP Atlantique

Quand vous avez un peu de temps libre, où aimez-vous vous balader ?

Sur la côté à  Pénestin pour y prendre des photos. Les couleurs y sont tout le temps différentes. J’aime aussi me balader dans la cité médiévale de Guérande, lieu chargé d’histoire. Batz-sur Mer me plait aussi beaucoup. Quand je me balade sur le port de pêche du Croisic, je pense à ces pêcheurs, à leurs difficultés. La Brière, aussi est magnifique, j’aime aller du côté de Saint-Joachim. Franchement nous n’avons rien à envier aux autres !
  • penestin2015-mg-1723-1209053

Quelle est votre recette préférée ?

C’est une des plus simple à faire … Je fais revenir dans un bon bout de beurre fermier de l’ail, des échalotes et du persil. Je rajoute ensuite un bon pot de crème fraîche  de la ferme du Gaec de Mezerac et un peu de muscadet. Quand ma sauce est chaude, je rajoute mes moules et je les fais chauffer quelques minutes. Le jus des moules se marie à merveille avec la sauce.
Autrement je les déguste aussi avec une petite fondue de poireaux ou sur un lit de beurre blanc. Quand j’en fais, mes invités se lèchent les doigts tellement ils se régalent !
Ce qui est génial avec les moules, c’est qu’il existe plein de recettes différentes !
  • Muriel, mytilicultrice à Pénestin - moules à la crème - Alexandre Lamoureux